Actualités


Electricité : 3ème hausse des tarifs d'EDF

L'électricité toujours plus chère, c'est une réalité. Mais la plus grande confusion règne ce mercredi autour d'une éventuelle troisième hausse de 5% au 1er août 2015, après celles prévues et décidées pour le mois prochain et le mois d'août 2014. Le ministère dément l'information du «Figaro».

Le quotidien annonçait ce mercredi qu'un projet d'arrêté transmis aux régulateurs prévoyait bien cette troisième augmentation. Information confirmée ensuite par l'Agence France presse (AFP) après avoir consulté une «copie» de ce texte.

D'après le quotidien et l'AFP, la hausse de 5% au 1er août 2015 devait avoir lieu «sous réserve de l'évolution effective des coûts» d'EDF.

Si les trois hausses du tarif bleu (pour les particuliers et petites entreprises) étaient entérinées, les tarifs augmenteraient donc au total d'environ 15,8% en deux ans. Pour les autres tarifs, pour lequel le rattrapage nécessaire est moins important, la hausse au 1er août 2013 est de 2,7% pour le tarif jaune (36 à 250 kvA) et le tarif vert (plus de 250 kV) utilisé essentiellement par les industriels resterait lui inchangé, selon l'arrêté du gouvernement, affirme l'AFP.

Conformément à la procédure, le ministère de l'Ecologie et de l'Energie a saisi mardi la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) et le Conseil supérieur de l'Energie (CSE) qui comprend des parlementaires de son projet de texte. Mais leurs avis n'étant que consultatifs, le gouvernement a la voie libre pour prendre les décisions finales.

Les experts réclament de plus grosses augmentations

Ce qui est sûr en revanche, c'est que les deux premières hausses — incontestées — du tarif bleu réglementé entraîneront une augmentation moyenne de la facture annuelle d'un ménage d'environ 35 €, et de 50 € s'il se chauffe à l'électricité. «Le gouvernement a décidé de lisser, sur plusieurs années, les hausses de tarifs nécessaires à la couverture des coûts d'EDF, prévue par la loi, afin de protéger autant que possible le pouvoir d'achat des ménages», avait fait valoir le nouveau ministre de l'Energie, Philippe Martin, avant la polémique sur la troisième hausse.

Les ménages et les petites entreprises échappent presque au pire, car la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) voudrait un plus fort relèvement des tarifs. La CRE avait recommandé le mois dernier une hausse de 6,8% à 9,6% des tarifs au 1er août de cette année, plus un rattrapage de 7,6% pour combler les hausses insuffisantes des années précédentes.

Pour limiter la note, le gouvernement a également décidé un geste envers les petits consommateurs en révisant à la baisse le coût des abonnements de faible puissance (3 kVa et 6kVa) auxquels ont souscrit une majorité de Français.

 

LeParisien.fr 10 juillet 2013